Haïkus – avril 2022

plage de Wissant
les béquilles
nues dans l’eau

grand-père –
si fier de son château
de sable

constructeurs de barrage
guidés par papa –
lundi à la plage

cris éperdus
de la grand-mère
son petit chien

marée basse –
plongeon du cerf-volant
toujours dans la même flaque

derrière la vitre du resto
les clients
narguent les moustiques

derrière la vitre du resto
agglutinés
les moustiques

chemin des douaniers
promeneurs
dans toutes les langues

retour de vacances
tous les sacs rentraient dans l’auto
au départ

premiers beaux jours
le public des terrasses
bougent avec le soleil

dans le double vitrage
je vois ma femme
deux fois !

jour de marché
plus fort que les roses
l’odeur du poulet rôti

vite vite debout
pour ne pas louper l’arrêt –
le sac continue le voyage

quai de gare – pourquoi
pourquoi, pourquoi, pourquoi
la marmaille sans arrêt

inspiration… expiration
dans le masque
je suis Darth Vador

Atomium –
où déposer le smartphone
pour un selfie

discours du ministre –
étouffé
par le crépitement des flash

danseuse étoile
le ballet
des caméras

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s