Haïkus de septembre

Panne de courant –
enfin l’occasion
de sonner chez la voisine

Lire un haïku –
discrète
une larme

Bien emmitouflé –
le mendiant s’entraîne
à l’harmonica

Sans papiers –
emportés
par la tempête

Métro bondé
trois personnes nous séparent –
tu es si loin

A l’autre bout du tram
est-ce moi qu’elle regarde ?

Ticket hors de prix
pour voir le concert
derrière son téléphone

nuit citadine –
3 étoiles
mais 100 lampadaires

SDF –
il a mis son matelas
devant la banque

Bébé à bord –
sur la vareuse
de la cycliste

étouffant dans cette salle –
il épate tous ses collègues
avec son éventail

Contrôle technique –
entre deux discussions
la voiture avance

Voiture en panne
avant
le rendez-vous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s