Une chaussure

Une grande avenue
Très – trop – silencieuse
Trafic interrompu

Sur le macadam
Une chaussure
Seule
Entourée d’un cercle de peinture fluo

Comment se retrouve-t-elle si loin de l’accident ?

 

Ce court texte s’est imposé à moi quand j’ai vu la photo et l’article de Céline Delforge, dont je me suis largement inspiré, à propos d’un accident sur l’Avenue Louise, ce dimanche 16 octobre.

J’ai aussi essayé en alexandrins,

Une grande avenue, très – trop – silencieuse.
Trafic interrompu. Une chaussure, seule,
Entourée d’un cercle de peinture fluo.
Comment se retrouve-t-elle si loin de l’accident ?

Mieux que tentative précédente, mais la césure du deuxième vers est trop forte à mon goût.

4 commentaires

  1. je me demande si la forme « prosaïque » ne conviendrait pas. Quelque chose du genre :
    « Une grande avenue, très – trop – silencieuse : trafic interrompu. Une chaussure, seule, entourée d’un cercle de peinture fluo. Comment se retrouve-t-elle si loin de l’accident ? »

    Cela me parait plus simple ; et cette simplicité renforce l’image. Mais de me mêle-je ? !!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s