Dans les dunes

Dans les dunes, elle dort

Allongée sur le ventre
Ses longues jambes croisées
Le bras gauche recroquevillé sous sa poitrine
Les doigts entourant délicatement sa gorge
Son visage est tourné vers moi

Son dos se soulève, se détend
Rythme régulier de sa respiration

Protégé du vent par une butte
Le soleil légèrement voilé nous réchauffe

J’entends le ressac
Je vois sa respiration

Je regarde son corps
Le sable
L’herbe drue des dunes
La mer
Le ciel

Elle respire

Endormie
En confiance
À mes côtés
Son repos
Un trésor

Et sa respiration

Je veille
Rien ne doit troubler son sommeil
Ni un enfant et ses cris
Ni un adulte en balade
Ni même un tigre
Surgissant des buissons de chiendent

Sa respiration
Tranquille

Je reprends ma lecture
« connaître l’étoile du brûlant, brûlant amour »1.
Oui, des larmes me brûlent les paupières

 


28 septembre 2016. Souvenir du 21 juillet 2016 dans les dunes du Coq.

(1) Henri Bauchau, Tentatives de Louanges, Actes Sud, 2011, cité par Colette Nys-Masure, La vie poétique, j’y crois, Bayard, 2015.

Je ne suis pas entièrement satisfait de ce texte, très long. Une version révisée suivra… peut-être.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s