Le long du canal

Allongé sur ce talus
Je pense à cet amour déçu

La nature m’apaise
Je l’observe
Peu à peu
Elle se laisse découvrir

Le vent
Les rides sur l’eau du canal,
Les ondulations de l’herbe, du colza
Le cri d’un oiseau
Les aiguilles d’un chardon sous ma main
En contre-jour, une nuée de mouchettes au vol aléatoire
Un papillon, entre trèfle et bouton d’or

Un rosier
Des épines
Pas de fleur

 


13 septembre 2016
(Sur la base d’un texte écrit le long du canal Bruxelles-Charleroi, à Lot, août 2016)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s